Ma Tribu Sur La Tête

Recevez les conseils d'une psy

Pourquoi vous ne devriez plus faire de critiques (même si vous pensez que ça vous fait du bien !) ?

Voici un article qui devrait en concerner plus d’un… n’est ce pas ?

Tout le monde critique. C’est un fait. Point. Il existe un paradoxe tout à fait remarquable dans notre société : celui qui critique, et qui ose critiquer en face, passe pour la « grande gueule »… on est ok ? Et beaucoup de personnes souffrent de ne pas être une « grande gueule » ! Ils se jugent « faibles, vulnérables, sans personnalité » parce qu’ils ne sont pas « grande gueule »… on est ok ? Mais les grandes gueules peu de gens les apprécient ; ils font peur… on est ok ? Donc pourquoi vouloir être quelqu’un qu’on repousse ?? Paradoxal n’est ce pas ?

Analysons de plus prêt la critique et la remise en question…

Autre fait paradoxal : Nous nous entendons aisément pour penser qu’un criminel (jugé comme tel évidement) est coupable, dangereux, indigne de confiance, réprimable etc… pourtant, les études montrent que rares (très rares) sont les criminels qui se jugent comme coupables.

Al Capone disait : « J’ai passé les meilleures années de ma vie à donner du plaisir et de l’amusement aux gens, et quelle a été ma récompense ? Des insultes et la vie d’un homme traqué ! »… Ouai dixit Al Capone… Al Capone, les gars !

Même un ennemi public (de dingues ! Je ne trouve pas d’autres mots), se juge normal, bienfaiteur, incompris et traité avec ingratitude !!!

Alors Mesdames, que pensez-vous que votre mari pense de lui même quand vous lui dites que c’est vraiment pas un homme attentionné ??

Pourquoi donc critiquer si nous savons que 99% des fois où l’être humain est critiqué il va se juger comme innocent, quelle que soit l’envergure de sa faute ?

Critiquer s’est s’engager dans une situation perdue d’avance parce que :

– Elle met l’individu sur la défensive,

– Elle le pousse à se justifier,

– Elle blesse l’amour propre,

– Elle provoque la rancune.

– Elle décourage,

– Elle met de la distance entre vous et l’autre,

– Il n’a jamais été prouvé qu’elle redressait la situation,

– Elle invite l’autre à nous critiquer en retour pour clamer son inonscence.

 

Du côté expérimental, allons voir du côté de Skinner : Il a démontrer que l’animal dont on récompensait la bonne conduite apprenait beaucoup plus rapidement et retenait mieux que l’animal puni pour son mauvais comportement. Plus récemment, on a pu démontrer qu’il en allait de même pour les Hommes.

Critique = Absence de changement durable ! (Donc ça sert à rien quoi… même si ça fait du bien !).

 

La prochaine fois que vous serez tenté de critiquer quelqu’un, rappelez vous Al Capone (ce conseil sonne vraiment bien) !

 

Aussi, attention de ne pas vous mettre dans une situation qui pourrait s’avérer douloureuse pour vous : la critique c’est un peu comme un boomerang, ça revient toujours à son point de départ, soit il vous critiquera en retour, soit l’autre vous dira qu’il n’avait pas le choix d’agir autrement…

 

Même Lincoln nous en apprend sur le sujet ! A sa mort, beaucoup l’ont regretté. Son ministre de Guerre a dit « Voilà le plus parfait meneur d’hommes que le monde ait jamais connu ». Quel était son secret ?  Pensez vous qu’il ne critiquait pas ? Les auteurs l’ayant longuement étudié révèlent qu’au cours de da jeunesse, Lincoln critiquait énormément. Il allait jusqu’à écrire des lettres de critiques où il s’amusait à ridiculiser l’autre. Un jour de 1842 il s’attaqua à un politicien irlandais qui le trouva et le provoqua en duel. L’histoire finie bien car des témoins sont intervenus et arrétèrent le duel. Ceci dit, il paraîtrait que ce fut l’incident le plus tragique de la vie privée de Lincoln… Il en tira une précieuse leçon sur la façon dont il est convenable de traiter l’autre. A partir de ce moment là, il arrête ses critiques et ses sarcasmes. Une de ses citations préférées était « Ne juge point si tu ne veux point être jugé ». Il pouvait dire « Ne les condamnez point ; dans les mêmes circonstances, nous aurions agi exactement comme eux ». Bon, il ne devait pas être évident pour lui de rester sans critiquer, surtout du fait de sa position politique. L’Histoire révèle qu’au cours d’une guerre, un de ses généraux avait perdu lamentablement la bataille, menant beaucoup d’hommes à la mort et qu’il aurait pu agir différemment. Lincoln fut, évidement très en colère contre lui… et il lui écrivit une lettre, pleine de reproches et de colères !! Que fit ce général après avoir lu cette lettre, à votre avis ? Et bien, rien ! Pourquoi ? Parce qu’il ne la reçu jamais. Cette lettre a été retrouvé dans les affaires de Lincoln après sa mort. Nous pouvons largement supposer, au vue de l’état d’esprit de Lincoln à ce moment là de sa vie, qu’il a dû écrire cette lettre, décharger sa colère, partir dans sa déferlante de critiques pour ensuite se dire qu’au moment de cette fameuse bataille il était lui confortablement assis dans son fauteuil, il n’a rien entendu des cris de douleurs, il n’a rien vu des blessures et des mourants, qu’il n’aurait peut être pas mieux fait à sa place… que ce qui est fait et fait. Cela l’aurait certainement soulager, au départ, d’envoyer cette lettre. Puis il aurait été condamner à son tour… le conflit n’aurait peut être jamais eu de fin.

Ecrire une lettre, décharger toute sa colère, est une très bonne idée pour se délester de toutes ses émotions négatives, que nous ne devons évidement pas garder en nous.

Commencez donc par vous corriger vous même plutôt que de chercher à corriger l’autre, même si vous savez avoir raison, il en sera plus profitable ainsi… et moins dangereux (les conflits familiaux commencent souvent ainsi).

Confucius disait : « Ne te plains pas de la neige qui se trouve sur le toit du voisin quand ton seuil est mal-propre ».

La prochaine fois que vous voudrez adresser vos critiques à quelqu’un, n’oubliez pas qu’à la première critique émise, vous ne parlerez plus à un être logique mais à un être d’émotion mue par son amour-propre.

N’oubliez pas également qu’il faut du courage, de la noblesse et de la maîtrise de soi pour comprendre et pardonner, en cas de critique.

 

 

Critiques

admin • 16 septembre 2017


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire